Retour à l'accueil

Dernière mise à jour le 06/12/09 23:05:21

Merci à tous les internautes qui plébiscitent ce site !

Visiteurs depuis le 3/11/03 :

 

CAL_Banner_05
Le retour de la corvée

Un principe éthique inacceptable.

La loi est tout à fait claire : le quota d’heure travaillées de salariés majeurs passe de 1600 à 1607 heures, sans aucune contrepartie salariale.

Les salariés vont donc effectuer une journée de travail supplémRaff_OLTentaire, mais le travail de cette journée ne se verra rétribué par aucun salaire.

Il s’agit d’une obligation : le système repose non sur le volontariat, mais sur la contrainte.

Ajoutons que ceux qui travaillaient déjà pendant le lundi de Pentecôte perdront le bénéfice de leurs heures majorées.

Il s’agit donc bien de l’instauration d’un quota d’heures travaillées, et non payées.

Cette contrainte étatique constitue un impôt en nature sous une forme que l’on croyait bannie depuis longtemps. Retour de la corvée, ou samedis du communismele travail obligatoire sans rémunération s’appelle tout simplement, du travail forcé.

Cette pratique est interdite par de nombreux textes signés par la France et l’Europe :

 

et brise l’égalité des citoyens devant l’impôt, puisque cette contribution “de solidarité” n’est financée que par les salariés.

Pour ces deux motifs, le gouvernement est assigné par devant la Cour de Justice Européenne par la CFTC.

 

Tout travail mérite salaire

“La justice d’un système économique doit être appréciée d’après la manière dont on rémunère équitablement le travail humain dans ce système”

Jean-Paul II, Laborem exercens, 1981.

En obligeant les salariés à travailler pour rien, l’Etat méprise ce vieux principe de justice sociale : “tout travail mérite salaire”. Et à semer l’injustice, on ne peut s’attendre à récolter la paix.

L’instauration de jours travaillés non rémunérés, c’est la porte ouverte à toutes les dérives : demain, quand la CNSA sera en déficit, quel jour férié faudra-t-il supprimer ? Faudra-t-il travailler le 14 juillet pour équilibrer le budget de l’armée, ou le 8 Mai au profit de la fondation Helmut Kohl ?

Comment un salarié peut-il se sentir protégé et respecté, lui à qui on affirme qu’il doit travailler pour rien pendant un jour ? Et pourquoi pas cinq ?

 

CAL_Banner_02

Collectif des Amis du Lundi (CAL) - www.lesamisdulundi.com
Libre reproduction autorisée et souhaitée, avec mention d’origine, merci !