Retour à l'accueil

Dernière mise à jour le 06/12/09 23:05:21

Merci à tous les internautes qui plébiscitent ce site !

Visiteurs depuis le 3/11/03 :

 

“Le problème du pouvoir absolu, c’est que quand il se trompe, il se trompe absolument”

Maurice LEROY, député du Loir et Cher, et Membre du CAL

Expression Publique, Juin 2005

 

logo_exp_publiqueEtes-vous favorable ou non au lundi de Pentecôte travaillé ?

8685 avis exprimés

Au bas de cette page, l’analyse du CAL

Question 1 : La suppression du lundi de Pentecôte pour contribuer au financement de l'aide aux personnes âgées et handicapées dépendantes vous paraît-elle une mesure

 

désagréable mais nécessaire

16 %

Fleche_rouge2_G

ou inacceptable

80 %

 

Sans opinion

4 %

 

Non réponse

0 %

 

Question 2 : Cette mesure vous paraît-elle

 

de nature à améliorer réellement la situation en France des personnes âgées et handicapées dépendantes

11 %

Fleche_rouge2_G

ou pas de nature à l'améliorer réellement

86 %

 

Sans opinion

3 %

 

Non réponse

0 %

 

Question 3 : Si la question se posait à vous, accepteriez-vous de respecter la nouvelle règle et de travailler le lundi de Pentecôte comme un jour normal ?

 

Oui

21 %

 

Non

76 %

 

Sans opinion

2 %

 

Non réponse

 

 

Question 4 : Quels sont, à vos yeux, les arguments les plus forts en faveur de la suppression d'un jour férié pour contribuer au financement de l'aide aux personnes âgées et handicapées dépendantes ?
CHOISISSEZ JUSQU'A DEUX REPONSES

 

Cela manifeste la solidarité de la société

14 %

 

Cela contribue à réhabiliter le travail

6 %

 

Cela évite d'augmenter les impôts

13 %

 

Cela répond aux exigences du vieillissement de la population

11 %

 

C'est un effort qui n'a rien d'excessif

11 %

 

C'est une mesure qui fonctionne déjà dans d'autres pays, comme en Allemagne

4 %

Fleche_rouge2_G

Aucun

64 %

 

Sans opinion

3 %

 

Non réponse

1 %

 

 

Question 5 : Et quels sont, à vos yeux, les arguments les plus forts contre la suppression d'un jour férié pour contribuer au financement de l'aide aux personnes âgées et handicapées dépendantes ?
CHOISISSEZ JUSQU'A DEUX REPONSES

 

C'est de la charité, pas de la solidarité

9 %

 

C'est trop faire peser l'effort sur les salariés

39 %

 

C'est par l'impôt ou les cotisations sociales que doit être financée la protection sociale

29 %

 

Cela gêne un grand nombre d'activités traditionnellement organisées le lundi de Pentecôte

22 %

 

C'est une façon de revenir sur la réduction du temps de travail

23 %

Fleche_rouge2_G

Cela introduit la notion de travail obligatoire non rémunéré

48 %

 

Aucun

8 %

 

Sans opinion

1 %

 

Non réponse

0 %

 

 

Question 6 : Tout compte fait, qu'est-ce qui l'emporte à vos yeux ?

 

Les arguments en faveur de la suppression d'un jour férié

16 %

Fleche_rouge2_G

Les arguments contre la suppression d'un jour férié

74 %

 

Ni les uns, ni les autres

9 %

 

Sans opinion

1 %

 

Non réponse

1 %

 

 

Question 7 : Vous-même, accepteriez-vous de travailler le lundi de Pentecôte comme un jour normal si vous aviez la certitude que l'argent ainsi obtenu va bien au financement de l'aide aux personnes âgées et handicapées dépendantes ?

 

Oui

34 %

Fleche_rouge2_G

Non

61 %

 

Sans opinion

4 %

 

Non réponse

1 %

 

 

 

Question 8 : Le gouvernement a créé une caisse nationale de solidarité pour l'autonomie afin de gérer l'argent ainsi recueilli. Est-ce une mesure qui...

 

... vous rassure sur l'utilisation qui sera faite de l'argent de cette journée

11 %

Fleche_rouge2_G

... ou ne suffit pas à vous rassurer

84 %

 

Sans opinion

4 %

 

Non réponse

1 %

 

 

Question 9 : Qu'est-ce qui vous paraît le plus gênant dans cette mesure ? Est-ce le fait

Fleche_rouge2_G

de perdre un jour férié

56 %

 

ou de perdre le lundi de Pentecôte

23 %

 

Cette mesure ne me paraît pas gênante

13 %

 

Sans opinion

8 %

 

Non réponse

1 %

 

 

 

Question 10 : Dans certaines entreprises privées, les salariés ont la possibilité de travailler un autre jour que le lundi de Pentecôte, par exemple en renonçant à un jour de RTT. S'agit-il à vos yeux d'un compromis…

 

satisfaisant

30 %

Fleche_rouge2_G

ou pas satisfaisant

64 %

 

Sans opinion

5 %

 

Non réponse

1 %

 

 

Question 11 : Dans d'autres entreprises, la journée est offerte en cadeau aux salariés et ces entreprises financeront sans contrepartie la cotisation de 0,3% de la masse salariale annuelle. Est-ce une mesure qui vous paraît...

Fleche_rouge2_G

conforme à l'esprit de la loi

41 %

 

ou pas conforme à l'esprit de la loi

34 %

 

Sans opinion

24 %

 

Non réponse

1 %

 

 

Question 12 : Pour financer l'aide aux personnes âgées et handicapées dépendantes, certains suggèrent d'augmenter la CSG plutôt que de supprimer un jour férié. Serait-ce à vos yeux

 

une mesure plus acceptable

33 %

 

une mesure moins acceptable

23 %

Fleche_rouge2_G

Ni plus, ni moins

40 %

 

Sans opinion

3 %

 

Non réponse

1 %

 

 

Question 13 : De façon plus générale, préféreriez-vous que les besoins croissants des prochaines années pour la prise en charge des personnes âgées dépendantes soient financés

Fleche_rouge2_G

par une hausse des impôts, des taxes et de la CSG

41 %

 

par un accroissement de la durée du travail

15 %

 

... ou par un allongement de la vie active

20 %

 

Sans opinion

22 %

 

Non réponse

1 %

 

 

Question 14 : La mobilisation actuelle contre la suppression du lundi de Pentecôte vous paraît-elle traduire

Fleche_rouge2_G

une réaction légitime face à une telle mesure

77 %

 

ou une attitude égoïste

16 %

 

Ni l'une, ni l'autre

6 %

 

Sans opinion

1 %

 

Non réponse

1 %

 

 

Question 15 : Des enseignants encouragent les parents à ne pas envoyer leurs enfants à l'école le jour du lundi de Pentecôte. Est-ce une attitude que vous

Fleche_rouge2_G

approuvez : cette mesure ne doit pas concerner les élèves

66 %

 

ou désapprouvez : l'adoption de cette mesure suppose que les écoles fonctionnent ce jour-là

26 %

 

Sans opinion

7 %

 

Non réponse

1 %

 

 

Question 16 : La SNCF prévoit de maintenir son fonctionnement habituel des lundis de Pentecôte pour ses agents tout en allongeant chaque journée de travail de l'année d'une minute et cinquante deux secondes. Est-ce une mesure qui vous paraît

 

judicieuse

30 %

Fleche_rouge2_G

ou ridicule

59 %

 

Sans opinion

10 %

 

Non réponse

1 %

 

 

Question 17 : Certains syndicats appellent à faire grève le lundi de la Pentecôte 2005 pour protester contre sa suppression. Quelle est votre attitude sur ce point ?

Fleche_rouge2_G

Vous participerez si vous le pouvez à ces grèves

40 %

 

Vous n'y participerez pas mais vous en serez solidaire

32 %

 

Vous n'en serez pas solidaire

23 %

 

Sans opinion

4 %

 

Non réponse

1 %

 

 

Question 18 : La suppression du lundi de Pentecôte comme jour férié vous pousse-t-elle...

 

... à voter Non au référendum du 29 mai

28 %

 

... à voter Oui

1 %

Fleche_rouge2_G

... ou n'a pas d'influence sur votre vote

69 %

 

Sans opinion

1 %

 

Non réponse

1 %

 

 

Question 19 : Le gouvernement a annoncé que la suppression du lundi de Pentecôte ferait l'objet après coup d'une "évaluation". S'agit-il à votre avis

Fleche_rouge2_G

d'une façon d'apaiser les mécontentements sans pour autant revenir sur sa mesure

70 %

 

ou d'un premier pas vers l'annulation de sa mesure pour les années suivantes

19 %

 

Sans opinion

10 %

 

Non réponse

1 %

 

 

Question 20 : Vous-même, souhaitez-vous que le gouvernement

Fleche_rouge2_G

rétablisse le caractère férié du lundi de Pentecôte

79 %

 

maintienne sa décision de supprimer le jour férié du lundi de Pentecôte pour contribuer au financement de l'aide aux personnes âgées et handicapées dépendantes

9 %

 

Il faut d'abord attendre le résultat de l'évaluation annoncée par le gouvernement

9 %

 

Sans opinion

2 %

 

Non réponse

1 %

 

 

Question 21 : Si on choisissait un autre jour férié pour contribuer au financement de l'aide aux personnes âgées et handicapées dépendantes, quel serait celui que vous accepteriez le mieux ?

 

Le lundi de Pâques

1 %

 

Le 1er mai, fête du travail

5 %

 

Le 8 mai, anniversaire de la fin de la Seconde guerre mondiale

6 %

 

Le jeudi de l'Ascension

3 %

 

Le 15 août, jour de l'Assomption

4 %

 

Le 1er novembre, jour de la Toussaint

2 %

 

Le 11 novembre, anniversaire de la fin de la Première guerre mondiale

8 %

Fleche_rouge2_G

Aucun de toute façon

67 %

 

Sans opinion

4 %

 

Non réponse

1 %

 

Les données d’analyse sont présentées par l’organisme Expression publique (www.expression-publique.com), dirigé par Jérôme Jaffré, Directeur du CECOP et ancien vice-Président de la SOFRES

La vocation de cet organisme est d’ouvrir des consultations, dont les résultats sont ensuite remises aux décideurs. Ainsi, Expression Publique a organisé deux études sur ce sujet, dont les conclusions ont été remises pour l’une à M Falco, pour la seconde à Madame Vautrin.

La méthodologie employée pour ces consultations ne leur permet pas de prétendre à une représentativité absolue du corps social : en effet, Expression Publique utilise Internet sans procédure d’échantillonnage, ces deux caractéristiques ayant un impact sur les résultats.

Toutefois, les résultats obtenus sont cohérents avec les résultats des sondages réalisés par les instituts spécialisés, et cohérents avec le nombre et la nature des messages reçus et analysés par le CAL. Nous présentons donc ci-dessous notre analyse des résultats de ce sondage Expression Publique, qui permet de poser avec certitude des éléments de compréhension du rejet de la mesure imposée par le Gouvernement Raffarin.

 

Un refus pragmatique : la mesure n’est pas perçue comme en mesure d’améliorer réellement la situation des anciens.

Il s’agit tout d’abord d’un rejet massif : 80% des avis la jugent « inacceptable », 80% des avis demandent au Gouvernement de rétablir le caractère férié et chômé du Lundi de Pentecôte, 67% sont opposé à la suppression de tout autre jour férié en remplacement.

Le premier motif de ce rejet est pragmatique : 86% des avis estiment que la mesure n’est pas de nature à améliorer la situation des personnes âgées et handicapées. Tout simplement.

Dès lors, logiquement, la mobilisation pour le lundi de Pentecôte apparaît légitime à 77% des avis, 72% participent ou se déclarent solidaires des grèves organisées par les syndicats, et 66% approuvent les profs qui incitent les parents à ne pas envoyer leurs enfants à l’école.

Si cette mesure était maintenue, il faudrait donc s’attendre à l’exaspération du climat social.

 

Le rejet du principe même de la suppression d’un jour férié.

C’est le principe même de la suppression d’un jour férié qui pose problème (56% des avis) .

Même dans le cas où il y aurait une certitude que l’argent va bien aux anciens, ce sont 61% des avis qui déclarent refuser de supprimer le lundi de Pentecôte pour cette raison (mais il est vrai que la gestion des fonds par la CNSA ne rassure qu’à 11%…).

De même, la suppression d’une journée de RTT est mal jugée : 64% des avis estiment que c’est un compromis insatisfaisant.

 

Le flop de la communication gouvernementale

Parmi les arguments positifs retenus par le public, l’argument de « solidarité », martelé par le Gouvernement, à grands coups de deniers publics (3 millions d’euros pour sa campagne de communication) que l’on sait, n’a séduit que 14% des personnes, tandis que celui de l’évitement d’une augmentation d’impôts n’en a convaincu que 13.

L’exemple Allemand, martelé lui aussi, ne retient que 4% des suffrages…

 

Un refus non pas du travail, ni de la solidarité, mais de l’inéquité et de l’absurdité

En revanche, côté arguments négatifs, ce sont 48% qui notent l’introduction du travail obligatoire non rémunéré, 39% qui notent que l’effort pèse uniquement sur les salariés, 29% qui disent que la protection sociale doit être financée par l’impôt. 23% notent que c’est une façon de revenir sur la réduction du temps de travail, tandis que 22% seulement notent que cela gène les activités festives du WE.

Les deux thèmes majeurs sont le refus du travail gratuit, et l’inéquité de la contribution, reflet exact des arguments développés par le CAL depuis Novembre 2003.

Il apparaît clairement le refus du travail ne fait pas partie des motifs de refus de la taxe Pentecôte.

Non, les Français ne sont pas des « fainéants » ou des égoïstes, comme une certaine propagande culpabilisatrice aurait voulu l’affirmer.

Ce qui s’exprime dans ces motifs de rejet, c’est la non conformité de la loi au principes élémentaires de la justice sociale (tout travail mérite salaire), son inéquité (elle ne repose que sur les salariés), son incongruité fiscale (pourquoi mette en place une verrue aussi absurde ?), son hypocrisie (elle contrevient aux lois Aubry sans avoir la conviction politique d’y revenir), et enfin, en dernière position, son impact sur les activités festives.

Il s’agit de tout le contraire d’un refus d’égoïstes qui ne voudraient pas travailler et passer leurs temps en week-ends.

Il s’agit du refus d’une opinion publique responsable, réfléchie, réaliste, et pragmatique.

 

L’impression d’être floué par une nouvelle vignette.

Malgré les assurances du gouvernement et la création de la CNSA, les citoyens sont persuadés d’être à nouveau trompés et que l’argent collecté n’ira pas aux personnes dépendantes. N’ont-ils pas raison ?

L’examen du projet de loi de finances pour 2005 montre en effet qu’il n’y a pas deux milliards d’euros de dépenses supplémentaires.

Tout d’abord, 400 millions serviront à financer l’APA. Il s’agit là d’une dépense concernant l’autonomie, ce qui est différent.

Ensuite, lorsque l’on examine les comptes de la sécurité sociale, on constate un accroissement moyen annuel de l’ONDAM personnes âgées de 320 millions d’euros (sur un total d’environ 4 milliards de dépenses annuelles). Pour 2005, si effectivement 365 millions seront apportées aux personnes âgées par la CNSA, l’ONDAM est de 420 millions, au lieu de 685 ! ( 320+365).

L’engagement de la CNSA permet le désengagement de la Sécurité Sociale. On est très loin des nouvelles sommes annoncées pour les personnes âgées.

Les Français ont bien compris qu’il s’agissait d’un alourdissement de la fiscalité. L’argument du gouvernement de privilégier une journée de travail supplémentaire pour éviter d’aggraver la pression fiscale ne tient pas la route. Les Français ne sont pas dupes !

 

Une préconisation plus réaliste, basée sur l’impôt

Quel financement pour la dépendance ? Si une augmentation de la CSG est perçue comme plus juste (33% d’opinions favorables contre 23), elle laisse insatisfait 40% des avis.

C’est donc à 41% des avis que l’augmentation des impôts et taxes (perçue comme plus juste) est préférée à l’allongement de la vie active (20%) ou l’accroissement de la durée du travail (15%).

Il s’agit là d’une préconisation de bon sens : pourquoi ajouter des verrues extravagantes au système fiscal, déjà assez complexe, alors que l’objet de ce système est bien de récolter les contributions des citoyens ?

 

CAL_Banner_02

Collectif des Amis du Lundi (CAL) - www.lesamisdulundi.com
Libre reproduction autorisée et souhaitée, avec mention d’origine, merci !