Fermer la page
Accueil CAL
Documentation de référence
Communication précédente
Communication  suivante
Imprimer la page

 

banner2

20050720

Communiqué de presse 20 juillet 2005 - Lundi de Pentecôte, le retour ?

LUNDI DE PENTECÔTE, LE RETOUR ?

Ce 19 juillet, M Léonetti a remis au Premier ministre le rapport du « Comité d’évaluation du lundi de Pentectôte » qu’il présidait.

Le Collectif des Amis du Lundi se réjouit que le travail du Comité d'évaluation l’ait conduit à des conclusions que le Collectif, avec de nombreuses autres associations et organisations, ne cesse d’exposer depuis presque deux ans : dispositif « illisible », « autoritaire et injuste », « fiasco » dans le tourisme et dans l’Education Nationale, rendement économique évalué avec des « calculs de coins de table », selon les propres termes du rapport.

Le CAL remercie très chaleureusement tous les sympathisants, les 150.000 signataires de sa pétition, tous les parlementaires et les élus qui le soutiennent, tous les militants qui ont fait courageusement le sacrifice personnel d’être en grève le 16 mai dernier, et qui ont ainsi fait progresser le débat d’idées autour du lundi de Pentecôte.

Le CAL prend acte des orientations exprimées par Dominique de Villepin qui pourraient, si elles se traduisent rapidement par des mesures concrètes, conduire effectivement à un rétablissement du caractère férié et chômé du Lundi de Pentecôte pour 2006.

Ainsi, le CAL note avec satisfaction l’intention du Premier Ministre de restituer aux entreprises la possibilité de s’organiser librement, et de pouvoir répartir dans l’année les sept heures de travail obligatoires dites « de solidarité », ainsi que de son intention de s’assurer que l’Education Nationale ne prenne plus – bien involontairement - les enfants en otage.

Toutefois, le CAL regrette que le traitement de cette question ne dépasse pas le niveau du replâtrage politique, et que des solutions plus saines, parmi lesquelles l’abrogation de cette loi extravagante à l’équité introuvable, aient été évincées au nom de la préservation de la susceptibilité d’un Premier ministre antérieur.

Même si un rétablissement du lundi de Pentecôte paraît très probable, il n’en reste pas moins que ces sept heures de travail supplémentaires, indûment « raffarinées » aux seuls salariés, ne pourront qu’être la source de conflits sociaux dont la France n’a nul besoin. Par ailleurs, les options complémentaires nouvelles proposées par le Comité restent décevantes, se bornant à explorer un registre dirigiste dépassé (organisation d’une « journée de la fraternité » - comme si la fraternité se décrétait -, augmentation des prélèvement sur le capital – comme si les salariés n’étaient pas détenteurs de valeurs mobilières, etc).

Fidèle à sa mission de départ, le CAL reste donc vigilant sur ce dossier, et ne manquera pas de poursuivre avec détermination l’action citoyenne qu’il a engagée depuis Novembre 2003.

Etienne NEUVILLE
Secrétaire Général
20 Juillet 2005