Fermer la page
Accueil CAL
Documentation de référence
Communication précédente
Communication  suivante
Imprimer la page

 

banner2

20041027

Communiqué de presse 27 octobre 2004 - Une solution injuste et aberrante

Monsieur le député Denis Jacquat, qui avait initié l’idée de la suppression du lundi de Pentecôte, présidait ce mardi 26 octobre, à la Maison de la Chimie, les 11èmes rencontres parlementaires sur la longévité.

Le CAL et la CFTC ont distribué un millier de tracts à cette occasion (cf p.j). Les Français sont de plus en plus nombreux à se rallier à l’action du CAL : le CAL reçoit des soutiens d’élus chaque jour, et la pétition présentée par le CAL et la CFTC est en passe d’atteindre les 150.000 signatures !

La mobilisation doit se poursuivre en particulier auprès des recteurs dont certains seraient prêts à se rallier à la décision du gouvernement Raffarin et d’abolir le caractère férié du lundi de Pentecôte !

Rejoignez le CAL sur www.lesamisdulundi.com !

Ci-dessous, tract distribué à cette occasion.
---------------------------------------------------------------------------------------

Traiter le problème de la canicule
par la suppression du lundi de pentecôte :
une solution aberrante et injuste !

OUI, la solidarité nationale en faveur des personnes âgées et dépendantes est nécessaire,

OUI, tout le monde est concerné par ce problème de société,

MAIS, la suppression du lundi de pentecôte n’est pas une solution !

Pourquoi la CFTC et le Collectif des Amis du Lundi vous appellent à vous mobiliser contre cette réforme ?

  • Parce  qu’elle est injuste : cette charge repose sur les seuls salariés soit 37 % de la population.
  • Parce qu’elle est socialement incorrecte : elle remet en cause les 35 heures et est décrétée sans concertation.
  • Parce qu’elle est nuisible économiquement : l’OFCE estime la disparition du lundi de Pentecôte entraînerait la suppression d’environ 30 000 emplois, notamment dans les activités hôtelières, touristiques et de restauration.
  • Parce qu’elle est néfaste pour les activités locales : beaucoup de clubs et d’association organisent à cette date leurs rassemblements annuels.
    Parce qu’elle a un coût : le montant des charges de l’Etat augmentera au minimum de 0,3 %.
  • Parce qu’elle ne génèrera aucune croissance : une journée travaillée sans rémunération entraînera plutôt une baisse de la consommation.

Parlementaires, les 150.000 signataires
de la pétition comptent sur vous !
Ne les décevez pas !