Fermer la page
Accueil CAL
Documentation de référence
Communication précédente
Communication  suivante
Imprimer la page

 

banner2

20040428

Communiqué de presse du 28 avril 2004 : la double peine appliquée aux salariés

> Suppression du lundi de Pentecôte : la double peine appliquée aux salariés.

Dans les faits, le lundi de Pentecôte sera bel et bien supprimé à compter de 2005.

Le gouvernement a claironné sur tous les tons qu'il avait "assoupli" le dispositif initial prévu par le projet de loi, afin de ramener une majorité indisposée, aux vues dûment estampillées d'un parti gouvernant au bulldozer.

Mais il s'agit là d'une opération de communication pour une souplesse de façade, d'un trompe l'œil indécent.

En effet, dans le secteur privé, les syndicats ont déjà annoncé leur refus catégorique de négocier sur le principe d'un jour de Service de Travail Obligatoire non rémunéré, tandis que les entreprises ont mieux à faire que de prendre le risque de réouvrir le débat sur les 35 heures (parce que de fait, ce sont les accords 35h qui devraient être renégociés). Et dans le secteur public, le Premier Ministre n'a pas caché ses intentions obsessionnelles de proposer le lundi de Pentecôte à ses administrations. Dans les faits, le lundi de Pentecôte 2005 sera travaillé et non payé.

L'application de la double peine aux salariés.

Ici comme ailleurs, le Gouvernement confond vitesse et précipitation. Au lieu d'entreprendre dans le calme et la concertation les profondes réformes dont la France à besoin, notamment dans le domaine de la couverture sociale, il accumule précipitamment des verrues incohérentes et nuisibles sur un système à bout de souffle. Son horizon serait-il limité au 13 juin ?

Dans le cas de la suppression du Lundi de Pentecôte, non content de supprimer un jour de congé aux seuls salariés par une injustice patente, de plus, le gouvernement supprime aux Français l'un des deux seuls longs WE fixes traditionnels du calendrier. Il s'agit de l'application aux salariés de ce que la Justice n'ose plus appliquer aux malfrats : la double peine.

Le CAL, fort de 100.000 signatures, continue le combat !

Le CAL, ayant déjà déposé 100.000 signatures de protestations chez M Falco, le 4 mai dernier, continue le combat au Sénat !

Il invite tous les concitoyens à se connecter au site internet www.lesamisdulundi.com pour y signer la pétition, ainsi que pour protester auprès des Sénateurs.

Il interpelle les Sénateurs et leur demande :

- à minima : de supprimer toute référence à un quelconque jour férié dans le projet de loi, puisqu'il suffit d'utiliser une journée de RTT ou de RC librement choisie par les salariés

- au mieux : d'intégrer le plan dépendance dans les réformes qui le concernent, à savoir la réforme de l'assurance maladie, le réforme de la décentralisation, la loi dépendance, ceci après définition du statut et des missions de la CNSA (futur rapport Brillet/Jamet)